Article No 105

 

La semaine passée nous avons vu la dernière donne, ô combien dramatique, qui a décidé le championnat du monde 2003. Nous allons maintenant voir une autre donne du match final entre l’Italie et les Etats Unis, qui montre que même les champions du monde peuvent commettre des erreurs, particulièrement en défense.

 

Ouest donneur, personne vul.

                       

ª R 7 4

                        © V 8 7 4

                        ¨ A V 9 6 5

                        § D

 

        ª 10 5                             § A 6

        © A 9 6                           © R D 3 2

        ¨ 10 7                             ¨ D 3 2

        § A V 9 7 3 2                  § R 10 6 5

 

ª D V 9 8 3 2

                        © 10 5

                        ¨ R 8 4

                         § 8 4

 

Ouest               Nord                Est                   Sud

Hamman          Lauria               Soloway         Versace        

passe                passe                1SA                 2¨

3SA                 4©                   contre               4ª

passe                passe                contre               (fin)
 

Est a ouvert d’1SA (14-16 points à leur système) et Sud a montré une majeure avec 2¨. Sur 3SA, Nord a bien jugé d’opter pour la sacrifice, et 4© demandait au partenaire de nommer sa majeure.

 

Hamman entama atout pour l’As de Soloway. Normalement l’entame atout est une bonne idée contre les sacrifices, mais ici il y avait urgence d’encaisser les trois levées défensives à Cœur et Trèfle car les Carreaux du mort étaient menaçants. Mais Soloway voulait empêcher le déclarant de couper Trèfles au mort, alors il a continué atout. Versace a gagné et a présenté le Valet de Carreau qu’il a laissé filer! Ainsi il a fait 11 levées pour un score de 690.

 

A l’autre salle, Meckstroth-Rodwell avaient permis aux italiens de jouer tranquillement 3SA en Est-Ouest. Alors l’Italie a marqué encore 430 points pour un swing total de 15 imps.

 

 

 

Back to the Luxemburger Wort articles page


Back to Nikos Sarantakos' bridge page



© 2002-2003 Nikos Sarantakos
sarant@pt.lu