Article No 122

 

Dans la donne d’aujourd’hui, les défenseurs ont trouvé la seule défense mortelle mais il n’ont pas gagné le swing escompté. La donne provient du championnat mondial de 1974, du match entre les Etats Unis et la Nouvelle Zélande.

 

 

                        ª R 7 5

                        © ---

                        ¨ 10 8 6 5

                        § A Q 10 5 4 2

 

ª 10 9 8 3                                           ª 6

© D 10 9 7                                          © A R 6 5 4 3 2

¨ R D 7 4 2                                         ¨ A V 9

§ ---                                                    § V 9

 

                        ª A D V 4 2

                        © V 8

                        ¨ 3

                        § R 8 7 6 3

 

Les enchères étaient mouvementées:

 

Ouest               Nord                Est                   Sud

Goldman          Brightling          Blumenthal        Marston

                                                                        1ª

passe                2§                   2©                   4§

4¨                   4©                   5¨                   passe

5©                   5ª                   6©                   6ª

(fin)

 

Le chelem à 6ª est excellent mais il y a une défense qui peut le battre, et les américains l’ont trouvée. Bobby Goldman a entamé le 2 de Carreau pour l’As de son partenaire qui a bien compris la raison de cette carte basse et a rejoué Trèfle en offrant une coupe à son partenaire, le seul moyen de battre le contrat.

 

Les américains espéraient gagner un gros swing, mais ils furent cruellement déçus. A l’autre salle les enchères étaient plus rapides et n’ont pas dévoilé le fit à Carreau, alors Bob Hamman en Sud a préféré de contrer le 6© par les néo-zelandais au lieu de demander 6ª. Et, comme vous pouvez constater, 6© est un chelem à l’épreuve de toute entame. Alors les américains ont perdu 15 imps à la donne malgré leur défense brillante!

 

 

Back to the Luxemburger Wort articles page


Back to Nikos Sarantakos' bridge page



© 2002-2004 Nikos Sarantakos
sarant@pt.lu