Article No 157

 

Le Generali Masters est un tournoi individuel qui réunit, par invitation, 52 des meilleurs joueurs du monde. Tous les participants sont obligés d’utiliser le même système, qui est très proche du standard français. L’édition 2004, disputée en Vérone (Italie) fut gagnée par Norberto Bocchi, qui a bénéficié ici d’un coup excellent d’Hervé Mouiel.

 

Nord donneur, personne vul.

 

                                    ª 6 5

                                    © 8 4 3

                                    ¨ A 10 6 3

                                    § A K 8 6

 

ª R V 3                                               ª A D 10 8 4

© D 10 9 5                                          © 7

¨ V 8 7 4                                            ¨ R D 5

§ D 9                                                  § V 7 5 2

 

                                    ª 9 7 2

                                    © A R V 6 2

                                    ¨ 9 2

                                    § 10 4 3

 

Ouest               Nord                Est                   Sud

Zia                   Bocchi              Ferraro             Mouiel

                        1§                   1ª                   contre

2ª                   passe                passe                3©

contre               (fin)

 

Zia a contré 3© en espérant de marquer 300 et il a entamé le Roi de Pique et puis le Valet. Puis, il a joué le ¨8. Le mort a joué petit et Est a gagné la Dame et a rejoué Pique. Mouiel a coupé au mort, puis il a encaissé l’As de Carreau et coupé un Carreau. Puis, comme à cartes vues : As de Cœur, As de Trèfle, Roi de Trèfle, et le dernier Carreau du mort, qu’il a coupé, tandis que Zia était obligé de suivre.

 

Avec sept levées déjà dans son escarcelle, Mouiel sortit à Trèfle, que Zia était contraint de couper et de se jeter, avec son D-10, directement dans la fourchette R-V du déclarant. Neuf levées pour 530 et un top pour Mouiel -et Bocchi aussi ! Vous aurez peut-être remarqué que la défense pouvait faire mieux, c’est à dire continuer avec un troisième tour de Pique. Ainsi, quand Est prend la main à Carreau sera à même de jouer un quatrième tour de Pique, permettant à Ouest de faire deux levées d’atout.

 

 

 

 

                                   

Back to the Luxemburger Wort articles page


Back to Nikos Sarantakos' bridge page



© 2002-2005 Nikos Sarantakos
sarant@pt.lu