Article No 160

 

La donne suivante a été celle qui a décidé le sort de la rencontre entre l’Italie et les Etats Unis lors de la dernière Olympiade d’Istanbul. Les italiens (futurs vainqueurs de l’épreuve) ont gagné le match k.o. par 11 imps mais si le déclarant américain avait pu gagner un contrat sur table les italiens seraient éliminés.

 

 

Nord donneur, tous vul.

 

                        ♠ D 9 3

                        ♥ R V 7 6

                        ♦ D 8 6 4 3

                        ♣ 10

 

♠ R V 8 6 2                              ♠ 10

♥ 5 2                                        ♥ 10 9

♦ V 9                                       ♦ A 10 7 5

♣ A 8 7 2                                 ♣ R D V 9 5 3

 

                        ♠ A 7 5 4

                        ♥ A D 8 4 3

                        ♦ R 2

                        ♣ 6 4

 

Ouest               Nord                Est                   Sud

Bocchi              Zia                   Duboin Rosenberg

                        passe                1♣                   1♥

contre               4♥                    passe                passe

contre               (fin)

 

Le contre final de Norberto Bocchi semble une action perdante, mais en réalité il a payé gros. Ouest a entamé As de Trèfle et a continué Trèfle, coupé au mort. Inquiet ou confus par le contre, le déclarant n’a pas touché aux atouts : il a préféré jouer Carreau pour son Roi et Carreau gagné par Ouest avec le Valet. Sans espoir, Ouest a joué atout, gagné par l’As du déclarant.

 

Maintenant il suffit que le déclarant tire un deuxième tour d’atout, mais Rosenberg, trop influencé par le contre d’Ouest, a joué petit Pique vers la Dame du mort. Saisissant la chance, Bocchi a plongé son Roi et a donné une coupe Pique à son partenaire, en battant un contrat tabulaire. -200 au lieu de +790, moins 13 imps au lieu de plus 5 pour les américains qui ont perdu ce «final précoce». A noter que Michael Rosenberg, écossais naturalisé américain, est largement considéré un des meilleurs du monde au jeu avec le mort.

 

 

 

Back to the Luxemburger Wort articles page


Back to Nikos Sarantakos' bridge page



© 2002-2004 Nikos Sarantakos
sarant@pt.lu