Article No 98

 

Au bridge, comme à la vie, l’idéal théorique est loin de la réalité pratique. La donne d’aujourd’hui, disputée lors de l’Olympiade de Maastricht à 2000 entre Belgique et Angleterre en est une illustration.

 

Nord donneur, Nord-Sud vul.

 

            ª ¾

           © R 10 9 5 4

                                    ¨ A 9 6 4 2

                                    § V 4 3

ª A 6 4 3                                ª D V 10 8 7 2

© A V 8 7                               © ---

¨ D 8 7                                   ¨ V 10 3

§ A 7                                      § D 10 8 5

                                    ª R 9 5

                                    © D 6 3 2

                                    ¨ R 5

                                    § R 9 6 2

 

En salle ouverte, Simpson, Est pour l’Angleterre, a ouvert de 2ª faible et Ouest a demandé immédiatement 4ª, contrat final. Il y a une entame seulement qui batte 4ª: le Roi de Carreau, qui permet une coupe défensive. Si vous ne l’avez pas trouvé vous êtes en bonne compagnie: Zvi Engel, Sud pour Belgique, a entamé Coeur et le déclarant a fait l’impasse Pique et aligné dix levées.

 

A l’autre table, les enchères ont commencé de la même manière, mais l’anglais Glynn Liggins en Sud a refusé de rester muet; comme son équipe était largement menée, il voulait créer un swing et il a réveillé 4ª en contrant. Finalement il s’est retrouvé au contrat de 5© contrés. Ce contrat doit chuter, mais ce n’est pas si facile. Ouest, qui n’avait pas une bonne entame, a entamé l’As de Pique. Le déclarant a coupé au mort et joué Coeur pour la Dame et l’As d’Ouest qui a cherché la chute rapide en jouant As de Trèfle (espérant le Roi chez Est): c’était le fin de la défense, 5© contrés faits, 850 pour les Anglais.

 

En théorie, les deux contrats chutent, mais en réalité tous les deux ont réussis; en théorie la Belgique aurait gagné 8 imps mais en réalité l’Angleterre a gagné 15 imps et le match.

 

 

 

 

Back to the Luxemburger Wort articles page


Back to Nikos Sarantakos' bridge page



© 2002-2003 Nikos Sarantakos
sarant@pt.lu